• Chapitre #3 - Sometimes I wish I could save you

    Chapitre #3 - Leave the past

     

    Elle inspira un grand coup, comme elle ne l'avait jamais fait, comme un nouveau-né qui goûte l'oxygène une toute première fois. Puis, elle recommença, encore et encore jusqu'à tousser pour expulser le trop plein. Et, quand elle en eut assez, elle ouvrit les yeux. Son corps la lançait, chaque muscle semblait tétanisé, il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas ressentit un telle douleur. Elle en vint même à se demander si elle pouvait encore bouger. Elle resta allongée, immobile, durant un long moment. La pièce dans laquelle elle se trouvait, était petite et humide et comportait quatre murs biscornus. Il lui sembla que le mur derrière sa tête était creusé à même la roche, elle y ressentait une lourde pression dans laquelle sa vision ne pouvait s'engouffrer.  Derrières les trois autres, elle sentait du vides, sans doute d'autres pièces.  La porte de celle dans laquelle elle se trouvait, était sur le mur à sa gauche et en dehors du lit, elle était meublée avec une petite table et ce qui paraissait être une armoire.
    Elle entendit des bruits de pas, très légers, appartenant à une femme d'après la démarche. Elle s'arrêta juste devant sa porte, attendit quelques secondes et entra. C'était bien une femme, grande, des traits qu'Ayoka devinait fins, d'après l'aura qu'elle dégageait la jeune fille se dit que ce devait être une femme magnifique. Elle semblait légère comme le vent, paisible comme de l'eau mais aussi dure comme la roche et puissante comme le feu, elle ne semblait pas humaine, elle semblait ange. Elle parla. Sa voix semblait venir de partout, elle était cristalline et sonnait comme une douce chanson, c'était une voix qui apportait courage et confiance.  La voix d'un ange.

    « Tu es réveillée, je ne savais pas si tu le ferais. »

    Ayoka hocha d'abord la tête, complètement submergée par ce son, puis la dernière partie de la phrase résonna dans sa tête et elle se raccrocha à la réalité. Elle se souvint de la tempête, les pierres et sa chute dans l'eau, la panique commença alors à s'insinuer en elle.

    « Où suis-je ? Qui êtes vous ? Que s'est-il passé ?

    - Doucement, calme toi tu es en sécurité. »

    Le timbre de sa voix, ce timbre, Ayoka n'avait pas d'autre choix que de se sentir apaisée et en sécurité. La femme fit quelques pas et s'approcha de la table sur laquelle elle s'affaira à quelque chose que l'aveugle ne pouvait deviner. Puis de nouveau elle s'approcha d'elle et lui tendit quelque chose :

    « Tiens, bois ça va te faire du bien. Je vais répondre à tes questions mais je voudrais d'abord savoir si tu es capables de te lever. »

    Elle remua ses doigts, ses orteils, bougea ses jambes, et ne constatant  plus aucune douleur, elle hocha la tête.

    « Bien, je vais répondre à tes questions ainsi qu'à celles de tes amies. Elle attendent dans la salle de repas, je pense que tu dois avoir faim toi aussi. »

    .....

    Le premier soleil, comme Louana l'avait surnommé, était au zénith, écrasant toute la ville sous la chaleur. Peu de personne discutaient, et, peu se déplaçaient pour éviter toute dépense d'énergie inutile. C'était le premier jour qu'il faisait aussi chaud, la chaleur était tombée d'un seul coup, sans signe avant-coureur, à peine le deuxième soleil levé. Et, maintenant, tout le monde tournait au ralentit alors qu'ils préparaient la dixième expédition pour essayer de retrouver les trois disparus. Depuis trois jours, ils étaient tous en alerte, cherchant le moindre signe des filles. La tornade avait bien disparue et n'avait causé aucun dégât, mais avec elle,  leurs sauveuses. Louana réfléchissait, elle faisait les cents pas dans sa chambre, une partie de son esprit retournait ce qui c'était passé, dans tous les sens, envisageant toutes les options, et de ce qu'elle savait pour le moment il pouvait y en avoir une infinité. La blonde doutait qu'elle se soit simplement volatilisées, mais elle ne pouvait très bien être passé par un genre de portail, après tout elle même était arrivé ici de cette manière non ? Quoique, d'après ce qu'elle avait compris récemment, les portails étaient instables et aléatoires, alors que l'un d'eux apparaisse avec une tornade paraissait beaucoup trop contrôlé... Si elles étaient tombées à l'eau, Ayoka aurait coulée mais Chiaki et surtout Akane auraient pu maîtriser. Alors, qu'est-ce qu'elles étaient devenues ? Elle allait finir par s'arracher les cheveux.
    L'autre partie de ses pensées était dirigée vers ce que Tsunade lui avait dit quelques jours plus tôt.

    ....

    Les trois filles étaient assises autour d'une table ronde, d'un bois orangé, tandis que l'inconnue faisait bouillir de l'eau. Elle pris place face à Akane, distribuant une tasse d'un genre de thé aux trois filles.

    « Je suis Lorëm Athii, je suis native de cette planète...

    - Attendez, je croyais que tous les habitants de ce monde avaient disparus..., la coupa Chiaki.

    - Ce n'est pas tout à fait exact, repris Lorëm d'une voix douce, les Ombres ont endormis notre monde, mais ils ne peuvent pas régler le Problème, pas complètement. Laissez moi vous raconter, posez vos questions lorsque j'aurais terminé ...

    Les Ombres ont commencés à me réveiller parce qu'ils ne peuvent pas agir parmi vous, pas de la même manière que moi. Malheureusement je n'ai pas encore retrouvé assez d'énergie pour me déplacer librement. Lorsque je vous ai vu vous attaquer à la tornade j'ai décidé de vous aider, vous seriez morte si je n'avais pas été là. Les Tornades et beaucoup d'autres phénomènes sillonnent notre Monde depuis la Dégénérescence, ils sont créés par les Ombres et cherchent l'Origine de la catastrophe en espérant qu'Artès revienne et que nous puissions la juger convenablement. Cela remettrait de l'ordre dans tous les mondes. Or, le cœur de ce que vous avez affronté provient directement de l'énergie des Ombres, ainsi si quelqu'un s'en prend au cœur il éclate, touchant généralement son agresseur, et l'énergie des Ombres agit comme un poison. C'est ce qui s'est passé lorsque vous avez essayé d'arrêter la Tornade. Je connais l'antipoison, les Ombres me l'ont confié lors de mon Réveil. Mais, si je vous ai sauvé ce n'est pas seulement pour la beauté du geste ou pour vous raconter comment je l'avais fait. J'ai besoin de votre aide...

    .....

    « Je me demande ce que l'expédition va donner cette fois... »

    En prononçant ces mots la jeunes filles aux cheveux rouges envoya valser une pierre quelques mètres plus loin. Emhy était chargée de surveillé cet endroit de la forêt avec un homme dont elle n'arrivait pas à mémoriser le prénom. Ce qui était sûr c'est qu'il était légèrement étrange, il lui avait suffit de deux minutes de vadrouille pour se retrouver presque nu. Il passa la main dans ses cheveux.

    « Sûrement rien, comme les autres fois... »

    Emhy n'ajouta pas un mot, si ils ne retrouvaient pas les filles.... Non, elle préférait ne pas y penser, Chiaki et Akane ne pouvaient pas être mortes. Ils marchèrent encore quelques minutes, ils avaient l'impression que plus ils s'éloignaient de la ville plus la forêt devenait dense, et, c'était bizarre de voir autant de sortes de plante différentes et de ce dire qu'aucun animal n'y vivait, ne s'en nourrissait. Tout paraissait tellement. Enfin ça aurait dû, un bruit résonna dans le sous-bois. Emhy et grey, surpris, se regardèrent, avant d'adopter une position défensive. Un groupe de personne se rapprochaient d'eux.

    « Je suis sûre qu'on aurait dû tourner à gauche toute à l'heure, là, on est perdu...*

    - Non, nous sommes dans la bonne direction. »

    La rouge n'en cru pas ses oreilles, la première personne qui avait parlé était

    « Akane ! Akane s'est toi ?! cria-t-elle

    - Emhy ? »

    Elle se mit à courir dans la direction de la voix, ses yeux la brûlait, mais elle s'en fichait parce qu'elles étaient vivantes.

    .....

    Louana avait finit par s'allonger sur son lit, ses écouteurs enfoncés dans ses oreilles et avait fait quelques exercices de respiration, pour se concentrer sur le problème. Mais c'était impossible, la discussion qu'elle avait eut avec Tsunade lui revenait sans cesse. Elle avait beau y penser, elle n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui lui semblait étrange...

    Les deux blondes s'éloignèrent un peu du groupe pour pouvoir parler tranquillement. Louana sentait en elle une sorte de malaise, se retrouver seule avec Tsunade avait quelque chose de bizarre. Tsunade jugea enfin qu'elles étaient assez loin et se retourna :

    « Je suis désolée de te tester maintenant mais c'est impératif, d'autant plus que tu es la seule à venir de ton monde. »

    La tester ? Comment ça ? Depuis quand devait-elle passer un test ? Et quel genre de test ? Ils voulaient tester sa force ? Son aptitude au combat ? Si c'était le cas elle pouvait tout de suite leur dire qu'elle n'avait aucun talent pour ça...

    L'ainée mis fin à ses pensées en sortant d'une boîte un petit objet qui ressemblait à un canon d'avant-bras en acier. La partie inférieure était ouverte, de façon à pouvoir le mettre autour du bras en l'étirant légèrement. La partie supérieure elle, était beaucoup plus fascinante. L'acier dans lequel il était sculpté semblait assez ancien mais les autres éléments étaient d'une technologie que Louana n'avait que rarement vu, et que depuis qu'elle était ici. De larges fils translucides venaient de la partie basse pour s'entremêler dans un magnifique schéma complexe et se rejoindre au centre où trônait une pierre bleue, ronde, plate et parfaitement lisse, elle-même entourée d'une sorte de bague noire.

    « Ceci est un, en fait on ne sait pas vraiment, un révélateur. On l'a trouvé avec des armes en fouillant la ville. Il va nous révélé d'où tu viens. Comprends bien, c'est une situation critique, et tu es la seule à venir de ton monde, et même si ça n'avait pas été le cas, nous préférons prendre toutes les mesures nécessaires. Tends ton bras droit s'il te plaît, ne t'inquiète pas c'est indolore. »

    Louana était trop plongée dans ses réflexions pour protester. Délicatement, Tsunade passa l'appareil autour de sons avant-bras, lorsqu'il fut en place il émit un petit clic. Une voie, à la fois métallique et mélodieuse se fit entendre.

    « Procédure d'identification enclenchée. Le prélèvement va s'effectuer dans 5 secondes. »

    Un compte à rebours se mit alors en marche, ce qui eut pour effet de faire angoisser la blonde. Lorsqu'il fut terminé elle sentit un métal froid au contact de sa peau et tous les fils se remplirent de sang sans qu'elle ne sente rien. Intriguée elle essaya de regarder l'endroit où le prélèvement s'effectuait mais la forme du canon l'empêchait de voir quoique ce soit. Quand elle essaya de le bouger un peu pour distinguer quelque chose elle put entendre :

    « Merci de ne pas toucher la surface de l'appareil durant le prélèvement. »

    Elle enleva directement sa main et dû donc se résoudre à simplement observer. Son sang s'écoulait lentement dans l'appareil, mais bientôt, chose étrange, il changea de couleur ; vira au bleu puis au vert et enfin au orange. Le liquide finit par atteindre la pierre du centre, il y eut un bip et celle-ci s'éclaira. Il s'agissait en fait du support d'un écran qui se projeta devant elle affichant les résultats du prélèvement. L'appareil énonça ceux-ci en même temps :

    « Louana Lloyd, 17 ans, années solaires. Terrienne, planète d'origine référencée sous : TR-SL-XP-01. Niveau de menace : 1. »

    L'Hokage relu une fois les données affichées sur l'écran avant de conclure.

    « Bon, ça me va. Tu n'as pas l'air d'être un ennemi, tu peux rejoindre les autres, merci. »

    La tête de Louana débordait de question et elle avait l'impression qu'elle allait toutes les crachées d'un seul coup, mais elle se retint. Quelque chose dans le regard de Tsunade l'en dissuada, elle n'y répondrait pas.

    ....

    Il y eut tout d'abord, pendant quelques secondes, le silence. Il ne dura pas longtemps, mais assez pour qu'elle se rende compte que quelque chose n'allait pas. Ce fut soudain, elle ne comprit pas se qui se passait.

    Deux corps se jetèrent sur elle en criant son nom, mais elle ne l'entendit pas : le bruit de l'explosion couvrit tous les autres. Elle tomba en arrière et un millième de seconde le souffle hardant de l'explosion passa au dessus d'elle alors qu'elle perdait connaissance.

    Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle sentit sa tête la lancer, elle voulut bouger un bras mais quelque chose l'en empêchait. Tout doucement, les bruits revinrent, la panique, la peur, le désespoir, la tristesse, elle commençait à entendre tout ça autour d'elle. Tout doucement elle se releva en s'aidant de ses coudes et ce qui pesait sur elle glissa légèrement vers le bas. Ce qu'elle vit l'effraya. Partout des gens s'affairaient, certains couraient d'autres étaient assis à regarder dans le vide, grièvement blesser, elle vit passer un homme le visage à moitié brûlé, elle entendit une mère pleurer sur son enfant. Toutes ses personnes évoluaient dans un paysage de désolation, la plupart des bâtiments autours d'eux avaient volé en éclats, quelque uns étaient encore en feu. Elle vit du coin de l'oeil les lumières bleus des secours.

    Puis elle pencha la tête pour voir ce qui la gênait.

    Deux personnes étaient affalés sur elle. Ses deux amis. L'un d'eux avaient les mains complètement brûlées, l'une de ses jambes formaient un angle étrange. L'autre avait un grand morceau de métal planté dans son dos. Elle se dégagea avec horreur, et posa ses mains sur le visage du dernier à la recherche d'un signe de vie. Ses cheveux noirs pendaient devant ses yeux qui fixaient le vide sans réagir, elle le secoua légèrement, l'implorant de se réveiller, de bouger, de lui dire qu'il était toujours là, qu'il allait raconter une mauvaise blague. Mais il ne le fera pas, il était mort. Elle regarda son autre ami, cherchant du secours auprès de lui, mais il ne bougeait pas non plus. Se répétant que c'était impossible, elle se dirigea en rampant vers lui  posant sa tête sur ses genoux. Elle remarqua alors ce qu'elle n'avait pas vu à cause de la couleur rouge de ses cheveux ; ils étaient pleins de sang. Elle cria leurs noms à s'en arracher les cordes vocales, ils ne pouvaient pas être morts comme ça, alors qu'elle était encore en vie parce qu'ils l'avaient protéger. Ils ne pouvaient pas la laisser toute seule avec ses souvenirs et tous leurs rêves...

    Louana se réveilla en sueur dans son lit, elle avait chaud et lorsqu'elle regarda les couvertures au niveau de ses jambes il lui sembla revoir les corps de ses deux amis endormis sur ses jambes. Les larmes lui montèrent aux yeux sans pouvoir sortir.

    I was broken
    I was chokin
    I was lost
    This song saved my life

    Dans un mélange de dépit et de rage elle arracha ses écouteurs. Elle ne voulait pas se souvenir de ça, pas maintenant alors qu'elle pouvait encore les sauver. A près tout, c'est pour ça qu'ils étaient là...

    _____

    Nombre de mots : 2513
    Prochain chapitre : Lol je crois que cette ligne sert à rien :')
    Mot de l'auteur : Pour les canons d'avant-bras, google image est votre ami 8) Vous avez vu comment j'installe du mystère et tout ? :meurt: Sinon les paroles de chanson à la fin c'est "This song saved my life" de Simple Plan
    Titre : "Save you" de Simple Plan
    Des questions ?

    « Woohyun et LouanaAkane [23] »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Août 2015 à 00:48

    Donc toi tu tues des BG normal, tranquille, tout va bien D: Non mais genre non quoi! /meurs/

    J'aime, comme d'hab' o/ Mais tu as oublié des mots quelques fois 8D J'attends la suite maintenant! Moi je te propose d'écrire un chapitre par mois x'D

    J'adore le nom de Lorëm x'DDD Genre Lorem ipsum //PAN// Bref, je sais pas quoi dire. J'ai plus de gâteaux )':

    2
    Jeudi 13 Août 2015 à 11:37

    OUAIS j'aime bien de temps en temps c:

    Merci \o mdrr mais j'ai la flemme de lire :') c'est trop court 31 jours D:

    Laisse Lorëm tranquille xDD c'est normal on a tout mangé :3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :